Renseignements généraux

La lamproie marine est un poisson primitif qui ressemble à l’anguille, originaire de l’océan Atlantique Nord et de la mer Baltique, de la Méditerranée occidentale et de la mer Adriatique. La lamproie marine a envahi les Grands Lacs au début du XXe siècle en empruntant les canaux de navigation. Dans son aire de répartition naturelle, la lamproie passe une partie de sa vie en eau salée, mais elle s’est adaptée à la vie en eau douce exclusivement dans les Grands Lacs. À l’âge adulte, elle fraie dans les rivières et les cours d’eau. Les œufs éclosent en larves qui se nourrissent de matière organique au fond des cours d’eau jusqu’à ce qu’elles se transforment en parasites qui migrent en aval vers les lacs. La lamproie adulte passe entre 12 et 20 mois à se nourrir du sang d’autres poissons de lac, jusqu’à ce qu’elle soit prête à remonter le courant pour aller frayer. Le cycle biologique complet dure environ entre cinq et neuf ans.

Aire de répartition

L’aire de répartition naturelle de la lamproie marine englobe la côte atlantique de l’Amérique du Nord de Terre-Neuve-et-Labrador au nord de la Floride, la côte atlantique de l’Europe, ainsi que la mer Baltique, la Méditerranée occidentale et la mer Adriatique. À l’heure actuelle, la lamproie marine est également présente dans tous les Grands Lacs. Les larves de la lamproie marine vivent dans les affluents des Grands Lacs qui présentent un habitat approprié jusqu’à ce qu’elles deviennent des juvéniles ou des « transformateurs ».

Répercussions de la lamproie marine sur les Grands Lacs

L’impact dévastateur de la lamproie marine sur la pêche sportive, commerciale et autochtone des Grands Lacs dans les années 1940 et 1950 a incité le Canada et les États-Unis à former la Commission des pêcheries des Grands Lacs en 1955. Depuis lors, la commission a dirigé un programme qui évalue et contrôle l’espèce à l’aide de mesures qui ciblent différentes étapes de son cycle biologique. Ces mesures comprennent des produits chimiques qui tuent sélectivement les larves de lamproie, ainsi que des obstacles et des pièges qui empêchent les lamproies adultes de remonter le courant pour frayer. Même s’il est probablement impossible d’éliminer la lamproie marine des Grands Lacs, les efforts continus de suppression de l’espèce ont réduit les populations de 90 %. Malheureusement, les lamproies marines restantes continuent à nuire aux espèces de poisson indigènes.

  • La lamproie marine se fixe au corps d’un poisson et se nourrit de son sang au moyen de sa bouche suceuse, de ses dents acérées et de sa langue râpeuse. Il reste aux poissons qui survivent à l’attaque une grande plaie ouverte qui peut s’infecter et qui entraîne souvent la mort.
  • Pendant sa phase parasite, une lamproie marine peut détruire en moyenne 18 kg de poisson.
  • Seul un poisson sur sept peut survivre à une attaque de lamproie marine. Les attaques ont réduit les stocks de touladi, de saumon, de grand corégone, de cisco et de lotte dans les Grands Lacs.

Comment identifier la lamproie marine

Adultes :

  • Le corps cylindrique sans écailles mesure entre 30 et 76 cm de longueur.
  • La peau parcheminée est grise à brun foncé et présente des marbrures sombres; le ventre est plus clair.
  • Les dents acérées forment un cercle autour d’une langue râpeuse au centre d’une grande bouche suceuse.
  • Le poisson a de gros yeux, deux nageoires dorsales, aucune nageoire pelvienne ou pectorale, une seule narine au milieu du dos et sept pores branchiaux bien visibles de chaque côté.

Larves :

  • Les larves peuvent atteindre 18 cm de longueur, sont aveugles et ressemblent à des vers; leur corps va du noir au gris pâle et leur ventre est clair.
  • Chez les larves de 4 cm ou plus, la première et la deuxième nageoire dorsale se distinguent clairement.

Les espèces indigènes similaires comprennent la lamproie argentée (Ichthyomyzon unicuspis), la lamproie brune (I. castaneus), la lamproie du nord (I. fossor), la lamproie de l’est (Lampetra appendix) et l’anguille d’Amérique (Anguilla rostrata).

Ce que vous pouvez faire

  • Apprenez à identifier la lamproie marine et à prévenir la propagation de cette espèce non recherchée.
  • Ne mettez pas de poissons vivants dans les eaux ontariennes.
  • N’aidez pas les lamproies marines à passer par-dessus les barrages et les ponceaux qui bloquent leur migration de frai.
  • Si vous avez des questions au sujet de la lamproie marine ou du Programme de lutte contre la lamproie marine, prenez contact avec le Centre de contrôle de la lamproie de mer de Pêches et Océans Canada à Sault-Sainte-Marie en composant le 1-800-553-9091, ou renseignez-vous sur la lutte scientifique contre la lamproie marine.
  • Signalez les autres espèces envahissantes en appelant la Ligne d’assistance téléphonique sans frais sur les espèces envahissantes au numéro 1-800-563-7711, ou rendez-vous sur EDDMapS Ontario pour signaler une observation.

Galerie


Programme de sensibilisation aux espèces envahissantes de l’Ontario de la FCPO/du MRNFO. (2012). Lamproie marine. Extrait du site : www.invadingspecies.com. Cette fiche d’information peut être reproduite à des fins non commerciales.

Photographie de l’en-tête de T. Lawrence, Commission des pêcheries des Grands Lacs