Ce que fait l’Ontario

Pour empêcher cette espèce envahissante non recherchée d’arriver dans la province, l’Ontario a réglementé l’écrevisse de Murray comme espèce interdite en vertu de la Loi sur les espèces envahissantes. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la Loi sur les espèces envahissantes et ses règlements, veuillez consulter le site https://www.ontario.ca/fr/page/les-especes-envahissantes-en-ontario.

Renseignements généraux

L’écrevisse de Murray est une espèce d’écrevisse d’eau douce. Il s’agit d’un organisme des grandes profondeurs que l’on trouve dans divers habitats aquatiques, notamment les lacs, les rivières, les cours d’eau, les étangs, les bras morts et les réservoirs. L’écrevisse de Murray est une espèce envahissante exceptionnelle, caractérisée par sa tolérance à des environnements très divers, l’atteinte rapide de sa maturité, sa reproduction plusieurs fois par année et sa capacité de migrer à travers de nombreux types de paysages due à sa faculté de respirer à l’air libre. Elle s’adapte extrêmement bien aux conditions changeantes de l’habitat et peut survivre à de longues périodes de sécheresse en s’enfouissant dans le substrat et en se mettant dans un état de dormance. L’écrevisse de Murray est un omnivore opportuniste qui se nourit d’algues, de plantes, de matières en décomposition, d’invertébrés et de restes de poissons et d’animaux.

Aire de répartition

L’aire de répartition naturelle de l’écrevisse de Murray est l’Australie du Sud. Présente dans les marécages, les cours d’eau, les réservoirs et les rivières, elle peut aussi survivre pendant de longues périodes dans les zones où un plan d’eau s’est asséché, en restant en état de dormance après s’être enfouie dans la boue. Dans son aire de répartition naturelle, l’écrevisse de Murray sert d’appât, et on l’élève pour la consommer, car elle est considérée comme une délicatesse. L’écrevisse de Murray est également une espèce d’aquarium prisée. À l’extérieur de son aire de répartition naturelle, l’écrevisse de Murray a été introduite en Tasmanie, en Espagne, en Italie, en Chine, aux Pays-Bas, en Afrique du Sud, en Zambie et en Suisse. La présence de cette espèce dans la nature n’a pas été documentée en Amérique du Nord, ni aux États-Unis ni au Canada.

Répercussions de l’écrevisse de Murray

Comme cette espèce d’écrevisse est un omnivore opportuniste, elle mange à peu près n’importe quoi, des algues et des plantes aux zooplancton, aux œufs de grenouille et aux matières en décomposition, comme les restes de poisson ou d’animal. Il s’agit d’un concurrent redoutable, qui a supplanté d’autres espèces indigènes d’écrevisse en Australie-Occidentale une fois introduite dans la région. Cette écrevisse est agressive, ce qui lui permet de repousser plus facilement les espèces indigènes pour obtenir sa nourriture et son habitat; cela réduit la biodiversité et modifie la composition des espèces des écosystèmes. L’espèce est également le vecteur de maladies auxquelles les espèces indigènes pourraient être sensibles. L’écrevisse de Murray arrive à maturité à un jeune âge, environ 1 an pour les femelles et plus tôt encore pour les mâles. Une fois arrivées à maturité, toutes les écrevisses de Murray femelles fraient, produisant en moyenne 300 œufs par frai. Une fois que les petits ont quitté leur mère au début du printemps, la femelle se reproduit à nouveau, déposant en moyenne 300 autres œufs, ce qui augmente la taille de la population de cette espèce à des taux ahurissants. L’agressivité et la reproduction prolifique de l’écrevisse de Murray lui permettent de s’emparer facilement d’une zone et d’y avoir des répercussions écologiques. Son activité de fouissement pourrait également avoir des répercussions sur les exploitations agricoles avoisinantes ou causer des dommages aux infrastructures en raison de la déstabilisation des rives.

Comment identifier l’espèce

L’écrevisse de Murry est une grosse écrevisse munie d’une enveloppe dure appelée carapace. Voici ses caractéristiques physiques :

  • Elle mesure entre 10 et 20 cm de longueur environ (environ 4 à 8 po).
  • Quatre nervures s’étendent de derrière les yeux sur le sommet de la tête jusqu’à l’arrière du segment de la tête.
  • Le rostre (la région entre les yeux) est lisse.
  • La couleur de l’écrevisse de Murray varie considérablement en fonction des conditions de l’eau, de la saison et de l’endroit, mais peut aller du vert-beige à presque noir ou bleu-gris, le vente étant blanc sale à gris. L’écrevisse de Murray élevée pour le commerce d’espèces destinées aux aquariums est souvent bleu vif.

Ce que vous pouvez faire

  • Apprenez à identifier l’écrevisse de Murray et à prévenir l’introduction ou la propagation de cette espèce non recherchée.
  • N’achetez et ne conservez jamais l’écrevisse de Murray comme appât ou animal domestique. Il est illégal d’avoir une écrevisse de Murray en votre possession.
  • Ne lâchez pas les animaux familiers ou les appâts dont vous ne voulez plus dans les lacs ou les rivières de l’Ontario. Jetez-les à la poubelle ou à 30 m de distance au moins de tout plan d’eau.
  • Si vous avez des informations au sujet de l’importation, de la distribution ou de la vente illégales de l’écrevisse de Murray, signalez-les immédiatement en appelant la ligne de signalement du MRNF au numéro 1-877-847-7667. Vous pouvez également appeler Échec au crime sous le couvert de l’anonymat en composant le numéro 1-800-222-8477.
  • Si vous trouvez une écrevisse de Murray ou d’autres espèces envahissantes dans la nature, veuillez appeler la Ligne d’assistance téléphonique sans frais sur les espèces envahissantes au numéro 1-800-563-7711, ou rendez-vous sur EDDMapS Ontario pour signaler une observation.

Galerie


Programme de sensibilisation aux espèces envahissantes de l’Ontario de la FCPO/du MRNFO. (2016). Écrevisse de Murray. Extrait du site : www.invadingspecies.com. Cette fiche d’information peut être reproduite à des fins non commerciales.

Photographie de l’en-tête de Wikipedia Commons