Ce que fait l’Ontario

Pour prévenir la poursuite de la dispersion et de l’introduction de cette espèce envahissante non recherchée dans la province, l’Ontario a réglementé l’aloès d’eau comme espèce envahissante interdite en vertu de la Loi sur les espèces envahissantes. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la Loi sur les espèces envahissantes et ses règlements, veuillez consulter le site https://www.ontario.ca/fr/page/les-especes-envahissantes-en-ontario.

Renseignements généraux

L’aloès d’eau est une plante vivace aquatique envahissante originaire de l’Europe et de l’Asie du Nord-Ouest. La seule population sauvage connue en Amérique du Nord se trouve en Ontario, dans la voie navigable Trent-Severn (près du hameau de Trent River, en Ontario), et dans la rivière Black (près de Sutton, en Ontario). Avant d’être réglementé comme espèce envahissante interdite en vertu de la Loi sur les espèces envahissantes de l’Ontario, l’aloès d’eau était vendu en Ontario comme plante ornementale pour les jardins d’eau, la source probable de son introduction dans la province.

Répercussions de l’aloès d’eau

  • Cette espèce forme des tapis denses de végétation flottante.
  • Elle évince la végétation indigène, ce qui réduit la biodiversité végétale.
  • Elle a le potentiel de modifier la chimie de l’eau environnante, ce qui peut nuire au phytoplancton et à d’autres organismes aquatiques.
  • Les tapis denses flottants d’aloès d’eau peuvent gêner les activités récréatives, comme la navigation de plaisance, la pêche à la ligne et la natation.
  • Les bords dentelés tranchants des feuilles peuvent couper les nageurs et ceux qui manipulent les plantes d’aloès d’eau. Il faut faire preuve de précaution lorsqu’on manipule cette plante.

Comme les populations d’aloès d’eau en Ontario sont les seules occurrences sauvages connues en Amérique du Nord, il est très important de prévenir l’introduction et la propagation de la plante dans de nouvelles zones. Le ministère des Richesses naturelles et des Forêts, avec le soutien des organismes partenaires, notamment la Fédération des chasseurs et pêcheurs de l’Ontario, l’Université Trent, les offices de protection de la nature, le ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique et Parcs Canada, assure le suivi de la propagation de l’aloès d’eau dans les plans d’eau de l’Ontario et la surveille, et entreprend diverses mesures de contrôle pour en prévenir la propagation dans de nouvelles zones.

Comment identifier l’aloès d’eau

L’aloès d’eau ressemble à l’aloès, à la plante-araignée ou au sommet d’un ananas. On peut confondre l’aloès d’eau avec d’autres plantes aquatiques en Ontario, comme les rubaniers indigènes, la sagittaire ou la zostère marine. Cependant, aucune de ces plantes n’a de feuilles aux bords dentelés, ce qui permet de distinguer facilement l’aloès d’eau de ces autres plantes aquatiques. Voici les autres caractéristiques pouvant servir à identifier cette plante :

  • Il s’agit d’une plante aquatique submergée qui devient flottante pendant les mois d’été. Lorsque les feuilles arrivent à maturité, elles deviennent engorgées, et la plante s’enfonce sous la surface de l’eau.
  • Les feuilles vert vif en forme d’épée mesurent 40 cm de longueur, sont munies d’épines acérées et forment une grande rosette ou un groupe de feuilles disposées en cercle.
  • Les fleurs, le cas échéant, sont blanches et formées de 3 pétales.
  • Les arcines peuvent être attachées dans la boue au fond de l’eau, mais ne le sont pas toujours.
  • Les plantes peuvent pousser jusqu’à des profondeurs de 5 m.
  • Les plantes matures d’aloès d’eau produisent des rejetons, similaires à ceux que produit la plante-araignée domestique.

Ce que vous pouvez faire

  • Apprenez à identifier l’aloès d’eau et à prévenir la propagation accidentelle de cette plante par l’intermédiaire de votre embarcation ou de votre matériel de pêche. C’est particulièrement important si vous prévoyez des travaux ou des activités récréatives dans les zones infestées de la voie navigable Trent-Severn ou dans d’autres zones où l’aloès d’eau est présente.
  • Ne conservez jamais d’aloès d’eau dans votre jardin d’eau ou votre aquarium, et n’en achetez jamais. Il est illégal d’importer, de posséder, de déposer, de rejeter, de transporter, de faire pousser, de vendre ou de louer l’aloès d’eau en Ontario, ou d’en faire le commerce.
  • Évitez les zones infestées et ralentissez si vous vous déplacez à proximité d’infestations d’aloès d’eau. Vous devez prendre toutes les précautions raisonnables pour éviter de propager l’aloès d’eau dans de nouveaux milieux d’un plan d’eau.
  • Inspectez votre bateau, votre remorque et votre équipement après chaque utilisation. Vous devez éliminer l’intégralité de l’aloès d’eau et de ses parties et les jeter à la poubelle ou à bonne distance de tout plan d’eau avant de transporter votre bateau sur la terre ferme.
  • Ne déposez jamais les plantes d’aquarium ou de jardin d’eau dont vous ne voulez plus dans les lacs ou les rivières de l’Ontario. Jetez-les à la poubelle ou à bonne distance des plans d’eau.
  • Si vous avez des informations au sujet de l’importation, de la distribution ou de la vente illégales d’aloès d’eau, signalez-les immédiatement en appelant la ligne de signalement du MRNF au numéro sans frais 1-877-847-7667. Vous pouvez également appeler Échec au crime sous le couvert de l’anonymat en composant le numéro 1-800-222-8477.
  • Si vous trouvez un aloès d’eau ou d’autres espèces envahissantes dans la nature, veuillez appeler la Ligne d’assistance téléphonique sans frais sur les espèces envahissantes au numéro 1-800-563-7711, ou rendez-vous sur EDDMapS Ontario pour signaler une observation.

Galerie


Programme de sensibilisation aux espèces envahissantes de l’Ontario de la FCPO/du MRNFO. (2012). Aloès d’eau. Extrait du site : www.invadingspecies.com. Cette fiche d’information peut être reproduite à des fins non commerciales.

Photographie de l’en-tête de Matt Smith, MRNF