Renseignements généraux

La grémille est un petit membre de la famille des perches, originaire du nord de l’Europe et d’Asie. Elle a probablement été transportée jusqu’en Amérique du Nord dans l’eau de ballast des navires en provenance d’Europe au milieu des années 1980. Pour prévenir la propagation de cette espèce envahissante dans de nouveaux milieux, le gouvernement de l’Ontario et certains États américains ont interdit la possession et la vente de grémilles vivantes ou mortes, ainsi que l’utilisation de la grémille comme appât.

La grémille peut s’adapter à des conditions environnementales très diverses, y compris l’eau douce ou saumâtre riche ou pauvre en nutriments, ainsi qu’à un large éventail de profondeurs et de températures. Elle est également capable de frayer dans des conditions et des habitats très divers.

Aire de répartition

En Ontario, la présence de la grémille a été consignée dans la rivière Kaministiquia, près de Thunder Bay. On la trouve également aux États-Unis le long du rivage sud du lac Supérieur, du lac Michigan et du lac Huron.

Répercussions de la grémille

L’alimentation de la grémille est très diversifiée, et ses prédateurs sont très rares, car les épines rigides de leurs nageoires les rendent difficiles à manger pour les autres espèces. Elle arrive rapidement à maturité (entre 2 et 3 ans) et son espérance de vie est de sept ans. Cette espèce peut avoir les répercussions suivantes sur les écosystèmes :

  • Elle peut gravement endommager les populations de poissons de pêche sportive indigènes, comme la perchaude, en leur faisant directement concurrence pour la nourriture, l’habitat ou une prédation intense sur les œufs des poissons de pêche sportive indigènes.
  • La grémille peut rapidement devenir le poisson prédominant dans une zone locale, en raison de la rapidité de ses taux de reproduction et de croissance. Cela exerce une pression sur les espèces indigènes et contribue à leur déclin.
  • Avec le temps, la grémille a le potentiel de se propager dans tous les Grands Lacs ainsi que dans bon nombre des eaux intérieures.

Comment identifier la grémille

La grémille ressemble au doré jaune juvénile, à la perchaude et à l’omisco, mais diffère de ces espèces de la façon suivante :

  • Son corps, qui ressemble à celui de la perche, mesure moins de 20 cm de longueur; elle a des yeux vitreux et une bouche tournée vers le bas.
  • Sa couleur va du brun à l’olive sur le dos, et ses flancs sont pâles.
  • Ses deux nageoires dorsales sont reliées; la première nageoire porte entre 11 et 16 épines pointues et rigides entrecoupées de rangées de taches sombres, et la deuxième nageoire dorsale comprend des rayons souples et mous.
  • Ses nageoires anales et ses opercules portent également des épines pointues.
  • Elle n’a pas d’écailles sur la tête.

Ce que vous pouvez faire

  • Apprenez à identifier la grémille et à prévenir la propagation accidentelle de cette espèce envahissante.
  • Inspectez votre bateau, votre remorque et votre équipement après chaque utilisation. Éliminez toutes les plantes, tous les animaux et toute la boue avant de passer à un autre plan d’eau.
  • Ne lâchez pas de poissons vivants dans les lacs ou les rivières de l’Ontario. Videz votre seau à appâts sur la terre ferme, ou congelez ou salez les appâts pour les utiliser plus tard.
  • Retournez les poissons d’aquarium dont vous ne voulez plus à une animalerie ou faites-en don à une école locale.
  • Rincez tout équipement récréatif avec de l’eau chaude (50 °C/122 °F) à haute pression (> 250 lb/po²) OU laissez-le sécher au soleil pendant au moins cinq jours
  • Si vous trouvez une grémille ou d’autres espèces envahissantes dans la nature, veuillez appeler la Ligne d’assistance téléphonique sans frais sur les espèces envahissantes au numéro 1-800-563-7711, ou rendez-vous sur EDDMapS Ontario pour signaler une observation.

Galerie


Programme de sensibilisation aux espèces envahissantes de l’Ontario de la FCPO/du MRNFO. (2012). Grémille. Extrait du site : www.invadingspecies.com. Cette fiche d’information peut être reproduite à des fins non commerciales.

Photographie de l’en-tête © Joe Tomelleri