Renseignements généraux

La berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum) est une plante pérenne qui fait partie de la famille des carottes. Il s’agit d’une plante ornementale de jardin originaire de l’Asie du Sud-Ouest qui s’est acclimatée en Amérique du Nord et devient de plus en plus commune dans le sud et le centre de l’Ontario. La berce du Caucase possède un potentiel de dispersion rapide et pousse le long des bords de chemin, des fossés et des ruisseaux. Elle envahit les terres stériles et les habitats indigènes comme les forêts claires.

Espèces similaires

Plusieurs plantes ressemblent fortement à la berce du Caucase, notamment la berce laineuse, l’angélique pourpre, l’angélique sauvage, la valériane, la livèche et la carotte sauvage. Cependant, ces plantes ne sont pas aussi grandes que la berce du Caucase mature, qui peut atteindre 5,5 m de hauteur dans des conditions idéales. Les grappes de fleurs blanches ressemblent à celles de la carotte sauvage, mais ont tendance à être plus espacées et peuvent former un capitule de près de 1 m de largeur.

Aire de répartition

L’aire de répartition de la berce du Caucase est dispersée dans le sud et le centre de l’Ontario, au sud de la ligne qui s’étend de l’île Manitoulin à Ottawa.

Biologie

Les graines peuvent prendre plusieurs années pour germer et peuvent rester viables dans le sol pendant quinze ans. Au cours de la première année, la plante produit une rosette de feuilles qui peut atteindre 1 m de hauteur. Deux à cinq ans plus tard, la plante produit des fleurs. À mesure que sa racine grandit, la plante forme d’épaisses tiges creuses et de grosses feuilles lobées. La tige de la plante est recouverte de mouchetures rouge pourpre et de poils durs remplis de sève. La sève peut également s’accumuler à la base des tiges creuses. La berce du Caucase fleurit une seule fois au cours de sa vie, à moins que les grappes de fleurs ne soient endommagées avant qu’elles s’ouvrent. Une fois que la plante a produit des graines, elle meurt. Chaque plante peut produire jusqu’à 120 000 graines ailées (habituellement 50 000). Les graines qui tombent dans un cours d’eau peuvent flotter pendant trois jours. Elles peuvent se déplacer sur de longues distances dans l’eau des fossés et des ruisseaux. Les graines peuvent également être dispersées dans un rayon de 10 m par le vent.

Répercussions sur les ressources naturelles

Il semble que la berce du Caucase puisse faire de l’ombre aux plantes indigènes, même si les scientifiques n’ont pas mené de recherches poussées sur ses répercussions en Ontario ou au Canada. Au Royaume-Uni, elle pousse dans les zones proches des lacs, des ruisseaux et des terres humides, et fait tomber les roches, la terre et les autres matériaux présents sur les rives dans les ruisseaux. Cela menace les frayères du saumon. Des répercussions similaires pourraient se produire en Ontario.

Préoccupations relatives à la santé

La sève liquide et incolore de la berce du Caucase contient des toxines qui peuvent causer une grave dermatite (inflammation de la peau). Vous pouvez subir de graves brûlures votre peau entre en contact avec la sève, puis est exposée au soleil. Les symptômes apparaissent dans les quarante-huit heures et consistent en cloques douloureuses. Les brûlures peuvent laisser des cicatrices violacées qui ne disparaissent parfois pas avant de nombreuses années. On a signalé (dans les médias et sur divers sites Web) des cas de cécité temporaire ou permanente causée par le contact de la sève avec les yeux. Cependant, aucune recherche existante ne permet de confirmer le lien entre la cécité permanente et l’exposition à la berce du Caucase. Le contact avec la berce laineuse et le panais sauvage peut provoquer des réactions similaires.

Prévention

Abstenez-vous d’acheter ou de faire pousser la berce du Caucase dans votre jardin, ou d’en faire le commerce. N’achetez que des plantes de jardin indigènes ou non envahissantes. Lorsque vous transportez de la terre, du sable ou du gravier, assurez-vous qu’il ne contient pas de berce du Caucase, que ce soit des parties de la plante ou des graines.

Élimination et gestion

Si vous constatez la présence de berce du Caucase sur votre propriété, nous vous recommandons de faire appel à un exterminateur professionnel pour l’éliminer. La plante sera éliminée en toute sécurité, et la dispersion des graines sera réduite au minimum. La réduction d’une population importante de berce du Caucase nécessite un engagement à long terme. Le guide des pratiques exemplaires de gestion de la berce du Caucase (Best Management Practices for Giant Hogweed, en anglais seulement) décrit les pratiques de suppression les plus efficaces et les plus respectueuses de l’environnement pour cette espèce. La meilleure période pour éliminer la plante est la fin avril ou le début mai. Elle mesure alors généralement moins de 30 cm de hauteur, est plus facile à arracher et est plus sensible aux herbicides. Il fait également moins chaud au printemps qu’en été, ce qui fait que le port de vêtements de protection est plus confortable. Vêtements de protection Portez des vêtements de protection, y compris des gants imperméables, une chemise à manches longues, des pantalons et une protection oculaire. Dans l’idéal, portez une combinaison jetable de protection contre la peinture au pistolet par-dessus vos vêtements ordinaires (ces protections sont des combinaisons imperméables de qualité commerciale). Ôtez les vêtements de protection avec précaution pour éviter de transférer la sève des vêtements à la peau. Lavez vos gants en caoutchouc à l’eau et au savon, puis enlevez votre combinaison de protection contre la peinture au pistolet ou vos vêtements de dessus. Lavez à nouveau vos gants en caoutchouc et ôtez-les. Enfin, retirez votre protection oculaire. Mettez les vêtements non jetables au lavage et lavez-vous immédiatement au savon et à l’eau. Suppression mécanique Élimination au printemps (c.-à-d. début mai) : Éliminez la plus grosse partie possible de la racine à la pelle. Il peut être difficile d’arracher les vieilles plantes, car les racines peuvent s’enfoncer de plus de 1 m dans le sol. La plante peut repousser à partir de la racine, et vous devrez l’arracher plusieurs fois pour l’éliminer complètement. Vous pouvez également couvrir la zone retournée avec un morceau de plastique noir pour étouffer les nouvelles pousses. S’il est possible d’utiliser une machine, fauchez les nouvelles pousses toutes les deux semaines. Élimination pendant l’été (c.-à-d. début juillet) :

  • Plantes sans fleurs : Si l’infestation est de taille limitée, arrachez les tiges et les racines et laissez-les sécher complètement avant de les jeter.
  • Plantes avec fleurs : Pour empêcher les graines de germer et de se disperser, coupez les capitules avant qu’ils ne mûrissent (lorsqu’ils sont blancs). Remarque : Si les capitules ont passé du blanc au vert, les graines sont en production, et il est très difficile de couper les capitules ou la plante sans disperser les graines. Retournez fréquemment sur les lieux et éliminez toutes les nouvelles pousses.

Suppression à l’aide d’herbicides On peut utiliser des herbicides pour supprimer les plantes (comme la berce du Caucase) vénéneuses au toucher. Le glyphosate supprime efficacement les parties aériennes de la berce du Caucase. Les applications d’herbicide foliaire sont les plus efficaces au printemps, sur les plantes en croissance active, suivies par une application pendant l’été pour éliminer les plantes omises ou celles qui ont repoussé. Comme le glyphosate n’est pas sélectif et élimine seulement la végétation verte avec laquelle il entre en contact, il arrive souvent que de jeunes plants germent et apparaissent après l’application du glyphosate. Si vous recouvrez les zones traitées au glyphosate de paillis dix à quatorze jours après l’application, cela réduit la germination et la croissance des plants. Il se peut que vous deviez répéter le traitement aux herbicides au cours des années ultérieures. Si une plante est en fleur, les herbicides ne sont pas efficaces, et les méthodes de suppression devraient se résumer à éliminer soigneusement les capitules. Suivez les directives de l’étiquette et les lois provinciales et fédérales pertinentes lorsque vous utilisez des herbicides. Élimination Ne brûlez pas la plante. Ne la mettez pas au compost. Séparez soigneusement les capitules de la tige et mettez-les dans des sacs en plastique noirs. Faites attention de ne pas laisser tomber de graines pendant cette opération. Fermez bien les sacs et laissez-les exposés à la lumière directe du soleil pendant une semaine environ. Laissez les tiges et les racines sécher complètement avant de les éliminer. Appelez votre municipalité pour savoir si vous pouvez envoyer des sacs contenant de la berce du Caucase à la décharge municipale locale. En cas d’exposition ou de contact direct avec cette plante : En cas de contact de la sève avec la peau, lavez bien l’endroit au savon et à l’eau. N’exposez pas la zone touchée au soleil. En cas de photodermatose (inflammation de la peau causée par l’exposition à la lumière du soleil), consultez un médecin. En cas de contact de la sève avec les yeux, rincez-les immédiatement avec de l’eau et consultez immédiatement un médecin. Si vous pensez que vous avez de la berce du Caucase sur votre propriété ou si vous en remarquez la présence dans votre collectivité, veuillez appeler la Ligne d’assistance téléphonique sans frais sur les espèces envahissantes au numéro 1-800-563-7711, ou rendez-vous sur EDDMapS Ontario pour signaler une observation. Vous serez prié d’envoyer des photos aux fins d’identification. Ne ramassez pas des parties de la plante aux fins d’identification. Le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, le ministère de la Santé et des Soins de longue durée, le ministère de l’Environnement et le ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario travaillent de concert avec leurs partenaires (en particulier la Fédération des chasseurs et pêcheurs de l’Ontario, le Conseil sur les plantes envahissantes de l’Ontario, les municipalités et les offices de protection de la nature) pour fournir des renseignements sur l’identification et la suppression de la berce du Caucase.

Galerie


Programme de sensibilisation aux espèces envahissantes de l’Ontario de la FCPO/du MRNFO. (2012). Berce du Caucase. Extrait du site : www.invadingspecies.com. Cette fiche d’information peut être reproduite à des fins non commerciales.

Photographie de l’en-tête de la Fédération des chasseurs et pêcheurs de l’Ontario